Menu principal

Sarah au collégial
par Guylaine Hudon le 2022-09-15

Les vacances d’été se terminent… Retour à l’école à l’horizon


Bonjour, bonjour! J’espère que vous n’êtes pas trop tannées de me lire? Je vous promets que l’article qui suit est bien le dernier pour cette édition! Je dois avouer qu’il s’agissait de mon été de congé la plus grosse et pourtant je n’ai pas l’intension d’avoir fait bien des choses. Toujours entre deux horaires de travail, ça ne me laisse pas beaucoup de liberté, mais j’ai réussi à m’amuser malgré tout. Je tiens à remercier toutes les personnes avec qui, cet été, j’ai ri, dansé, planché, mais je les remercie surtout d’avoir créé des moments inoubliables. Révision des moments de mon été!

Mai

Le cégep avait terminé en force, et voilà déjà le travail qui pointait le bout de son nez. Les résultats scolaires n’étaient pas encore tous sortis mais je pouvais sentir le parfum de l’été s’annoncer. À la fin du mois, je suis allée au Bistro OK de Saint-Jean-Port-Joli avec mes parents. J’ai bu de l’alcool pour la première fois dans un restaurant! J’avoue ce n’est en rien un exploit, mais je partage ce moment avec mes parents, boire un cocktail coloré en leur compagnie… Que demander de mieux?


J’ai bu de l’alcool pour la première fois dans un restaurant. Photo : Sarah Paquet.


Juin

Commence en force! J’ai passé mon examen de deuxième dan ceinture noirs aux Studio Unis de Québec. Un grand moment, que je vous ai partagé le mois passé. J’ai aussi dû faire mes adieux à mon premier appartement, car comme vous le savez déjà, j’ai déménagé dans un tout nouveau. Laissez-moi vous dire que la cage d’escalier se rappelle de moi…

Mon père est moi avons construit un bac à jardin suspendu. Un matin que nous nous étions levés tôt, bon en fait que je me suis levée tôt, nous sommes partis chercher du bois pour le fabriquer. Au diable le prix du bois, nous avons un jardin à construire! Le résultat final est assez spectaculaire. J’étais le chef pour planter les légumes et les fruits. Bon, j’ai aussi omis de dire à mes parents, ce que j’avais pris… Quand ils ont réalisé qu’il n’y avait pas que deux plants de piment, mais deux rangées. Ils m’ont regardée et m’ont demandée ce qu’on allait bien pouvoir faire avec deux rangées de piments!? Je leur ai simplement dit, bah c’est bon du piment!

Je ne peux passer sous silence que même dans le cadre de mon emploi au journal Le Hublot, il y avait des avantages : pour couvrir un évènement, il faut être présent. C’est cela qui m’a permis d’assister à la Fête nationale et aux autres activités. Je me suis prêtée au jeu, je me suis laissée maquiller, j’ai dansé sur la musique, jen ai profité tout en travaillant.


Photo de la Fête nationale. Photo :  Sylvie Blanchet.


Bac à légumes et de ses nombreux piments.  Photo : Sarah Paquet.


Juillet

Fut très chargé. Souvent partie en entrevue, j’ai appris à connaître davantage les citoyens des différents secteurs de L’Islet. Chaque fois que je ressortais d’une entrevue, j’apprenais sur ceux interviewés et même sur le travail. Chaque travail est différent et comporte ses particularités et apprendre les grandes lignes du métier me plaisait bien.

Juillet c’est un autre mois à rire en compagnie de ma très chère amie Catherine. Sage comme une image, mais, à deux, incapables de ne pas essayer quelque chose d’amusant. Régulièrement, si on me cherche eh bien je dois être avec elle. Durant l’été, nous sommes allées mar-cher au Domaine de Gaspé, où j’ai fini les fesses piquées par les maringoins! Sans oublier les soirées country où elle a bien accepté de venir écouter la musique et même essayé de danser! Encore à ce jour, vous n’imaginez pas le grand sourire qui fend son visage quand elle me remontre les quelques pas que je lui ai apprise!

Papa et maman sont partis en voyage cet été encore. Je n’ai pas pu suivre, comme vous l’avez compris. Mais j’ai recommencé mes bases en planches à voile avant leur départ et j’ai continué à leur retour. Avez-vous déjà croisé un homme grenouille vêtu de noir portant un casque gris? Et bien, il s’agit sûrement de mon père. Passionné de planche à voile depuis des années, s’il vente à L’Islet et qu’il est dans les parages, il va se mettre à l’eau. Cette année, je me suis laissée tenter de commencer au fleuve. Quand je prenais encore des vacances, je faisais de la planche à voile lorsque nous étions aux Iles de la Madelaine ou encore en Caroline du Nord. Vous savez les pieds dans le sable chaud, avec la brise chaude, avec un fond d’eau ou tu es  capable de toucher partout. Pas dans un fleuve dont tu ne vois jamais le fond, et d’où tu ne touches que très rarement! Je n’ai jamais eu peur du fleuve, je m’y baigne au lieu d’aller à la piscine. Mais avec une voile dans les mains, un courant qui me fait dériver, et les tasses d’eau bues…. C’était parfois paniquant, mais mon père était là pour me rassurer et me guider. Je ne suis pas encore super à l’aise mais je réussis à faire des Beach star, la manœuvre qui te permet de te remettre sur ta planche. Après maintes fois, et de l’énergie, j’ai réussi!


Sarah Paquet, étudiante en première année

Cégep Lévis Lauzon