Menu principal

Lettre aux lecteurs - Tout un numéro (bis)
par Guylaine Hudon le 2022-01-07

Pour ceux et celles qui veulent savoir!

Depuis la parution de notre article (Lettre aux lecteurs, parution de décembre) sur la Renumérotation des adresses civiques du chemin des Pionniers (Est et Ouest) et du chemin de la Grève que voulait imposer la municipalité de L’Islet à plus de 500 résidents de la 132…

De nombreux citoyens concernés ont activement participé aux séances d’informations organisées par la municipalité en novembre (sur zoom) et en décembre (en présentiel).

La grande majorité des participants s’est opposée à ces changements et/ou protestait ne pas avoir été consulté pour un sujet aussi important. D’autres citoyens semblaient croire – à tort – que le changement était inévitable et cherchaient à en diminuer l’impact.

J’invite ceux qui n’ont pas encore fait entendre leur voix à visionner l’enregistrement de la séance du 25 novembre dernier.  Vous y verrez entre autres Monsieur David Chouinard, jeune homme bien articulé, nous présenter son plaidoyer, juste et bien préparé. J’aurais bien aimé entendre ses arguments jusqu’à la fin, mais l’animateur ne lui a pas permis de poursuivre!

Il est maintenant admis que la décision de changer les numéros civiques n’a officiellement pas été votée par l’ancien conseil.

Les locataires dans divers immeubles n’ont pas été avisés des modifications prévues par la municipalité. Pourtant, eux aussi seraient affectés par un tel changement.

Question-Réponse

Quelqu’un me demandait récemment ce qui arriverait si un jour, advenant un changement d’adresse forcé par la municipa-lité, il se retrouvait devant un préjudice pécuniaire important directement causé par ce changement d’adresse. Par exemple : un avis de paiement pour une société qu’il n’avait pu avertir à l’époque. Il se demandait qui paierait cette facture? Est-ce la municipalité qui a “imposé” ce changement?

Réponse : Ben non … voyons!

La « Vraie » question demeure toute entière :

Pourquoi accabler plus de 500 résidents (particuliers et commerces) pour répondre au besoin de quelques-uns?

La réponse est élémentaire :

On efface et on recommence, en cherchant une autre option pour le besoin des « quelques-uns », mais sans accabler la « multitude ».

Une idée fait son chemin dans ce dossier

Pour se donner toutes les chances d’en arriver à un résultat intelligent et logique, pourquoi ne pas créer un comité ad hoc de 9 personnes, composé de quatre citoyens résidents directement touchés (choix parmi les particuliers, commerçants, entrepreneurs, professionnels, etc.), plus deux membres du Conseil municipal, plus trois professionnels indépendants, non touchés, et n’ayant aucun lien d’affaires avec les autres.

Et si aucune solution ne ressort de ce comité, le statu quo demeure.

Par contre, si un projet en ressort mais sans satisfaire les parties, il y aurait toujours la possibilité d’un référendum, sur une question simple (dictée par le comité ad hoc), où ne voteront que les résidents concernés.

Notez tous que ce dossier de changement d’adresse n’a pas été débattu lors de la dernière reunion (6 décembre) du nouveau conseil municipal.

· Est-ce qu’il n’est pas considéré comme important?

· A-t-il simplement été abandonné?

· Ou est-il discuté en coulisse?

Résidents du chemin des Pionniers (Est et Ouest) - Résidents du chemin de la Grève

Posez des questions à vos conseiller municipaux. Affichez votre mécontentement si c’est le cas. Écrivez à notre nouveau maire. Il ne faut pas que le conseil puisse passer une résolution en catimini.

Pour régler ce dossier, il faut de la transparence, toute l’information véhiculée, plus de concertation, mais pas de collusion.

Ce dossier nous concerne. Nous devons non seulement être consultés, nous devons faire partie du processus décisionnel.

Restez éveillés et impliqués!


Lionel Cormier, résident du chemin des Pionniers

et président Les Services financiers LICOR Inc




Espace publicitaire