Menu principal

L’extraordinaire rétablissement du dindon, héros méconnu de l’Action de grâce
par Guylaine Hudon le 2021-10-07

Avant de vous retrouver devant une assiette remplie de choux de Bruxelles et de purée de pommes de terre cette fin de semaine, Conservation de la nature Canada (CNC)vous invite à rendre grâce au dindon, vedette incontestée du repas de l’Actionde grâce, pour son rétablissement héroïque. 

Il n’y a pas si longtemps, il était rare d’observer des dindons sauvages au Canada. On estime qu’au début du 20e siècle, il ne restait en Amérique du Nord que 30 000 de ces oiseaux qui y étaient autrefois abondants. Un peu plus d’un siècle plus tard, les scientifiques estiment à          7 millions le nombre de dindons sauvages se promenant dans ses forêts. 

Aujourd’hui, grâce aux changements de réglementation et aux efforts de conservation, le dindon sauvage peut être observé dans sept provinces canadiennes, du Nouveau-Brunswick jusqu’au centre de la Colombie-Britannique. 

Pour souligner l’Action de grâce, voici des faits saillants à découvrir sur le dindon sauvage, une espèce présente sur des propriétés de CNC à travers le pays. 

1. Le mâle porte le nom de « dindon », tandis que la femelle porte celui de « dinde ».

2. Au début du printemps, les mâles se rassemblent dans les clairières pour exécuter des parades nuptiales. Ils gonflent leurs plumes, abaissent leurs ailes, déploient leur queue et se pavanent lentement, tout en émettant leurs « glouglous » bien connus.

3. Incroyable, mais vrai, le dindon sauvage peut voler. La nuit, il s’envole pour se percher dans les arbres. 

4. Le dindon sauvage a été observé pour la première fois au Québec en 1976 et ce n’est qu’en 1984 que des preuves de nidification ont été rapportées. La colonisation de cet oiseau au Québec a été favorisée par la croissance démographique des populations de l’Ontario, ainsi que des États de New York et du Vermont. Les populations de dindons sauvages sont actuellement concentrées dans le sud, dans les régions de la Montérégie, de l’Estrie, du Centre-du-Québec et de l’Outaouais. 

5. Un dindon sauvage adulte peut avoir plus de 6 000 plumes.

6. Le dindon sauvage vit principalement en forêt, mais se retrouve souvent dans les champs ouverts et les prairies pour se nourrir, se nicher et se reproduire. 

7. Les dindons sauvages ne sont pas difficiles en ce qui concerne leur régime alimentaire. Ils se nourrissent de graines, de noisettes, de noix de chêne, de noix de caryer, de noix de hêtre, de glands, de pommes, de fruits, d’escargots, de vers et d’amphibiens à longueur d’année. 

8. Les dindons sauvages peuvent atteindre19 kilomètres à l’heure à la course. 

9. Certaines caractéristiques des fientes du dindon sauvage, comme leur forme et leur taille, révèlent le sexe et l’âge de l’oiseau. Chez la femelle, elles sont en forme de spirale, tandis que chez le mâle, elles sont en forme de « J ». Plus le diamètre est grand, plus l’oiseau est âgé. 

 

Le dindon sauvage. photo : Conservation de la nature Canada.


Àpropos 

Chef de file en conservation de terres privées au Canada et organisme sans but lucratif, Conservation de la nature Canada (CNC) œuvre à la protection de nos milieux naturels les plus précieux et des espèces qu’ils abritent. Depuis 1962, CNC et ses partenaires ont contribué à la protection de 14 millions d’hectares d’un océan à l’autre, dont plus de 48 000 au Québec. Pour en savoir plus : conservationdelanature.ca/qc

Ensavoir plus

Suivez-noussur Twitter : @NCC_CNC et @NCC_CNCMedia 

Trouvez-nous sur Facebook

 

Anne Guay

Conseillère communications et marketing 

Conservation de la nature Canada au Québec



Espace publicitaire