Menu principal

Maison Dion
par Guylaine Hudon le 2021-10-15

Célébrons la ligace et la mourfi

On l’a tous rêvé, on l’a savouré ce bel été! Voici octobre et on espère encore un été des indiens… Pour les jeunes, la saison des vacances est loin derrière. Septembre, c’était la rentrée entre les murs de l’école; suivre le programme imaginé par des adultes dans leur tour d’ivoire, quelque part dans la "grand" ville.

Qui n’a pas récité La Cigale et la Fourmi? Et pour mettre un peu de vie et de fantaisie, combien d’enfants en ont fait : la ligace et la mourfi ayant tanché tout télé ou une autre version tout aussi déjantée? Des générations d’enfants ont décliné cette fable en verlan, ce langage à l’envers inventé pour exclure parents ou professeurs. Qu’en dirait Jean de La Fontaine?

Cette année est son 400anniversaire de naissance. L’auteur des célèbres fables a en fait retranscrit les fables d’Ésope le Phrygien qui avaient été écrites deux mille ans plus tôt, pour partager la Sagesse universelle avec les gens de son époque. Il les a dédicacées au Dauphin, le futur roi Louis XIV, au Duc de Bourgogne et à Madame de Montespan pour inculquer cette Sagesse essentielle à ceux qui auraient ou avaient de grandes responsabilités envers leurs contemporains.


Photo de classe au Couvent de L’Islet, vers 1920.

Photo : Collection Maison Dion.


Récemment dans l’histoire de l’humanité, on a mis les mots dans des dictionnaires. Mais la Sagesse, elle, s’est transmise oralement dans les comptines, les dictons, les proverbes, les fables, les récits et les chansons. Comme pensent les innus et de nombreux peuples depuis des millénaires : lorsqu’un aîné meurt, c’est une bibliothèque entière qui brûle. La pandémie nous aura rappelé combien sont précieuses et essentielles la présence et la parole de nos aînés.

Parmi nos trésors, on peut admirer une magnifique édition des 12 livres des Fables de La Fontaine : le Docteur Dion l’avait offerte en prix de fin d’année, comme c’était la coutume, à l’École Normale Bon Pasteur. Il y a quelques années, une amatrice de nos causeries des Beaux Dimanches, Gyslaine Giasson, a tenu à nous la remettre car elle connaissait notre passion à partager les artefacts que nos ancêtres nous ont légués.


La couverture de l’édition Mame des Fables de La fontaine.

Photo : François Faguy.




Le théâtre bien vivant au collège du temps de nos grands-pères.

Photo : Collection Maison Dion.


Voici ce que le journaliste Maurice Gagnon du journal Le Placoteux écrivait en septembre 2008 pour souligner la réalisation de plus de 50 activités culturelles à la Maison Dion :

Depuis cinq ans, la Maison Dion offre à travers son histoire et les causeurs qu’elle y accueille une animation culturelle aux gens de L’Islet et des environs. Le dimanche 28 septembre, une fête se tiendra à la salle des Habitants de L’Islet pour souligner l’événement.… La Maison Dion, c’est la résidence où a pratiqué le docteur et chirurgien Jules-Alphonse Dion, entre 1898 et un peu avant son décès en 1967. C’est une maison remplie de son histoire, de musique, de littérature. La Maison Dion, c’est aussi et surtout Andrée Pelletier, petite-fille du médecin qui en a ouvert les portes au public et qui en a fait un lieu d’animation culturelle.

Lorsqu’elle parle des trésors du bon vieux docteur Dion, Andrée Pelletier ne le fait jamais sans passion. Beaucoup d’objets rappellent sa présence. Des visites animées sont possibles sur réservation.

Le hasard a voulu que deux passionnées de la culture portent le même nom. En effet, la responsable des Journées de la Culture pour la Capitale nationale et Chaudière-Appalaches, Andrée Pelletier, a choisi en participant à la célébration du 5anniversaire de la Maison Dion de rendre hommage à l’équipe de la Maison Dion qui a su par ses propres moyens et avec « Les gens du pays » créer de belles rencontres et de beaux événements culturels.

Cet automne, la Maison Dion ne s’est pas inscrite aux Journées de la Culture; à notre grand regret, la pandémie a retardé des travaux importants planifiés il y a longtemps. Devant l’incertitude, il nous a semblé préférable d’attendre la fin des travaux avant d’annoncer l’événement que nous avons rêvé de vous offrir. C’est de tout cœur que nous souhaitons le faire dans notre programmation 2021-2022. Pour information, contactez Andrée Pelletier au 418-247-5104 ou par courriel andreep@globetrotter.net

Andrée Pelletier et François Faguy




Espace publicitaire