Menu principal

Immigration : mythe et réalité
par Guylaine Hudon le 2021-09-10

L’immigration est un sujet très présent dans l’actualité depuis quelques années. Chacun a sa propre opinion sur le sujet, parfois fondée ou non. Mais quelles sont les idées qui circulent qui sont, en fait, des mythes et non des faits réels?

Vous avez peut-être déjà entendu des personnes dire, avec assurance, que les personnes immigrantes volent les jobs des Québécois, reçoivent trop d’aide de notre part, ne parlent pas le français pour la plupart et/ou ne s’intéressent pas à notre culture.


Ces affirmations sont des mythes ou des réalités selon vous?

Mythe : « Ce qui est imaginaire, dénué de valeur et de réalité. » (Dictionnaire Larousse)

Réalité : « Ce qui est réel, ce qui existe en fait, par opposition à ce qui est imaginé, rêvé, fictif. » (Dictionnaire Larousse)

Mythe : « Les personnes immigrantes volent nos jobs »

Réalité : La grande majorité des personnes immigrantes reçues au Québec, plus de 60 %, sont de la catégorie d’immigration économique. (Source : Recueil de statistiques sur l’immigration au Québec, juin 2019)

Le gouvernement québécois les sélectionne pour leurs compétences professionnelles afin de combler les urgents besoins en main-d’œuvre de nos entreprises québécoises.

De plus, avant de pouvoir être autorisées à enclencher un processus de recrutement à l’international, les entreprises doivent faire la démonstration des efforts déployés, sans succès, afin de trouver des travailleurs canadiens pour combler leurs postes.

Selon la présentation de Statistique Canada du 22 juin dernier, la pénurie de main-d’œuvre a atteint des sommets inégalés au pays lors du premier trimestre de 2021 et le Québec est la pro-vince la plus affectée.

Le nombre de postes vacants sur le territoire québécois a connu une hausse de 18 500 (+14,4 %) par rapport à un an plus tôt. Parmi les secteurs les plus affectés, des hausses importantes de postes vacants ont été ressenties dans les secteurs des soins de santé et de l’assistance sociale (+5 900), de la fabrication (+5 100) et de la construction (+3 700). (Source : Agence QMI)

Mythe : « On les reçoit, c’est bien assez »

Réalité : Concrètement, nous recrutons activement des immigrants dans le but d’enrichir l’économie. Il est vrai que ce sont des efforts qui exigent temps, énergie et ressources financières.

En réalité, plusieurs études démontrent que ces investissements faits par l’État et les entreprises privées rapportent une augmentation des revenus et non le contraire. Les personnes immigrantes bien intégrées sont un atout et non un fardeau. (Source : Le Devoir, 12 février 2019)

Mythe : « Ils ne parlent pas français »

Réalité : Selon les statistiques du recensement canadien de 2016, une proportion plus grande d’immigrants récents (immigration entre 2011 et 2016) que d’immigrants établis avant 2011 ont déclaré avoir le français comme langue maternelle.

Par exemple, une grande proportion (35,7 %) des personnes immigrantes proviennent de pays de l’Afrique francophone, comme le Sénégal, la Côte d’Ivoire et la République démocratique du Congo, et de l’Afrique du Nord, comme le Maroc, l’Algérie et la Tunisie. (Source : MIFI Québec 2019)

Il faut aussi savoir que pour se qualifier à la résidence permanente au Québec, tous les candidats à l’immigration doivent réussir le test de français de niveau intermédiaire avancé, à l’oral et à l’écrit, ce qui n’est pas une mince affaire pour ceux dont le français est leur deuxième ou troisième langue.

Mythe : « Ils ne sont pas intéressés à notre culture »

Réalité : La décision de quitter son pays, sa famille, ses amis et sa culture pour venir s’installer au Canada, et plus précisé-ment au Québec, n’est généralement pas prise à la légère.

La réflexion pour réaliser le projet d’immigration engendre également une curiosité et un goût de découverte du pays d’accueil. Bien que les personnes immigrantes vivent, à leur arrivée, des étapes d’adaptation plus ou moins difficiles et longues dans le temps, il faut se rappeler qu’ils ont choisi notre pays et notre province entre toutes les possibilités qu’offre le monde dans son entièreté.

On peut donc dire que ceux qui sont prêts à payer le prix de tout laisser pour s’établir ici sont aussi ceux qui feront les efforts nécessaires pour s’intégrer si on leur donne la chance de le faire.

Ainsi, peu importe l’origine des mythes, ils circulent, on les entend et ils masquent la réalité. Soyons attentifs pour faire la différence entre le mythe et la réalité. Bien qu’il reste encore du travail pour déboulonner les mythes, il est important de ne pas les faire circuler davantage en les répétant.

Ces personnes immigrantes nous ont choisis, choisissons-les à notre tour, nous en serons assurément tous gagnants!


Rachelle Després / Cindy Baird

Service d’accueil des nouveaux arrivants

MRC de L’Islet




Espace publicitaire