Menu principal

Faire rimer pandémie et école...
par Guylaine Hudon le 2021-06-10

Depuis un an et quelques vagues, le monde entier cohabite avec un ennemi microscopique, mais tellement rusé : la Covid-19. Pendant ce temps, le Québec doit naviguer entre santé et scolarité. Mais comment faire pour offrir l’instruction lorsque la santé publique est menacée. Ainsi, ce texte portera sur les effets de la pandémie au niveau scolaire, comme un bilan des derniers mois d’éducation plus spécifiquement des élèves de l’école Bon pasteur de troisième à cinquième secondaire, car je fais partie de cette catégorie. Bonne lecture à vous!


D’abord, au moment d’écrire ce texte, je vis l’école en alternance. Alors, il serait bien difficile d’écrire sur un autre sujet... En fait, c’est une nécessité de s’exprimer sur la pandémie pour en ressortir grandis, qu’en pensez-vous? Alors je commence, vendredi 13 mars 2020 eh oui! vendredi 13! On nous annonce des vacances pour deux semaines, la réaction de tous : génial une deuxième relâche. Mais lorsque la détresse, l’anxiété, la solitude et autres s’invitent aux vacances, retrouver les bancs d’école est notre premier souhait. Ce n’est que quelques semaines plus tard, alors que sûrement plusieurs d’entre vous commencent à s’adapter au confinement, que les élèves québécois s'initient à l’école à distance; un mode d’enseignement qui perdure encore aujourd’hui au grand désespoir de plusieurs! La fin d’année scolaire 2020 aura été un bulletin de nouveautés.


Ensuite, voilà que septembre arrive après un été parsemé d’allégements cachés derrière un masque. Enfin, on retourne à l’école toujours en gardant un doute de retour potentiel à la maison. Octobre passe déguisé d’une drôle d’inquiétude... Et puis novembre accompagné d’une maussade nouvelle : l’école en alternance de troisième à cinquième secondaire... Avec l’école en présentiel une journée sur deux, il est très difficile de se créer une routine. Décembre sonne ses cloches avec une mélodie assez mélangeante : pouvons-nous nous ressembler à Noël et allons-nous retourner à l’école en 2021. Janvier, la nouvelle année empreint d’inquiétude, commence en rallongeant un peu le congé pour limiter les dégâts de la Fête de Noël. Ensuite l’espoir se pointe en même temps que la marmotte, au mois de février, alors que les cas baissent et que le retour à l’école à temps plein devient discutable. Et puis on commence une alternance entre virtuel complet, virtuel semi, présentiel semi et présentiel complet entre le mois de février et mai. Et présentement, on entame le dernier droit de l’année, en alternance, tous en se croisant les doigts de rester à l’école jusqu’à la fin de l’année! Je vous assure c’est normal de trouver le tout mélangeant, imaginez-vous le vivre!


Enfin, je souhaite féliciter tous les élèves québécois qui vivent une année scolaire très différente des autres. Et aussi, à tous ceux dans d’autres milieux qui ont su s’adapter au mode virtuel qu’impose la Covid-19. En espérant devoir se réadapter à la vie normale bientôt.


Pour conclure, comme vous avez pu le lire dans ce texte, l’école en pandémie ce n’est vraiment pas facile... Les élèves québécois vivent un lot d’émotions! Par contre, j’amène un point positif : si cette année scolaire nous avait amené à réfléchir sur la pertinence de certains aspects à l’école comme les examens du ministère et quelques apprentissages non essentiels; et vous qu’en pensez-vous? Je vous laisse sur cette réflexion en espérant abandonner le mode virtuel très prochainement.


Charlotte Bernier, étudiante

à l’école secondaire Bon-Pasteur

3e secondaire




Espace publicitaire