Menu principal

Maison Dion
par Guylaine Hudon le 2021-06-10

Le Raton Liseur et Serge Bouchard


Serge Bouchard n’est plus, nul besoin de dire : « Vive Serge Bouchard! » Il vivra aussi longtemps que tous ses auditeurs, tant résonnent sa voix et sa pensée à nos oreilles : ce que je souhaite à tous les Ratons Liseurs. Lui, le plus remarquable Coureur des bois et des chemins de travers qui apprivoisait le Grand seigneur Ours et qui faisait parler les Assemblées d’épinettes noires.


Il y a quelques années, j’étais comme à l’image de mon raton laveur, une grande timide, mais à l’écoute des enfants; tellement qu’à 18 ans, les Ursulines de Québec où je terminais mes études offraient à l’orpheline que j’étais, d’enseigner pour payer mes études universitaires. J’adorais l’Histoire au point que le Musée du Québec m’avait fait l’honneur de me donner une carte de chercheur. Une pièce entière était remplie de documents sur Anticosti où mon grand-père, le Capitaine Luc Pelletier avait travaillé pour Henri Menier; j’avais vu la signature de mon grand-père sur l’acte de vente de l’île dans un film documentaire de l’ONF. Comme Serge Bouchard, j’étais curieuse d’en savoir plus. Un jour je lui racontai, ce qui l’a fait sourire, comment j’avais enseigné l’histoire du Canada et refusé d’enseigner aux enfants la version des manuels avec des illustrations où des « méchants indiens » brandissaient le scalp d’un colon blanc. Sans permission, révolutionnaire à l’époque, j’avais chan-gé la version des éditions cléricales. Je voulais que les enfants se souviennent comment nos amis autochtones avaient donné aux Français la précieuse clé de ce territoire : s’adapter à ce nouveau monde et à son mode de vie.


Au vieux monastère quand ma prof, une passionnée de la langue française comme moi, demandait « Qui veut lire? » Tous gardaient le silence. Elle disait alors : « Andrée? » Je n’avais pas le choix bien que gênée, parlant tout bas, on me surnommait la voix d’or et je me suis souvenue que toute la classe écoutait religieusement. J’ai compris et ressenti la même chose quand j’entendis pour la première fois la voix de Serge Bouchard à la radio. Qui n’a pas été fasciné par sa voix? Avec l’impression d’être assis à l’indienne sur le tapis comme un enfant à se laisser conter les plus belles histoires des « Remarquables  Oubliés ». Surprise aussi d’entendre des camionneurs émerveillés, sur la route, appeler en ondes pour lui dire qu’ils étaient heureux d’entendre et d’apprendre la vraie Histoire et poser toutes sortes de questions sur ces histoires vraies.


On avait l’impression, encore une fois, d’être tous assis en rond autour du feu ou du poêle, à parler simplement avec Serge Bouchard qui déposait son « pack sac » en racontant l’essence des choses, des bêtes et des gens, tout ce qui donne un sens à la vie, dont il disait « J’ai vécu en une époque où nous avons augmenté le bruit des échanges superficiels pour mieux faire silence à propos de l’essentiel. »


Quand j’ai conçu l’émission radiophonique, Le Raton Liseur, ce qui est une autre histoire, j’avais heureusement gardé en tête la grande complicité et simplicité de ce grand conteur. Ce qui m’a donné le bonheur de rejoindre le cœur de centaines d’enfants. D’où peut-être le goût dans le silence soudain, de se rassembler. Allez voir chez le libraire, à la bibliothèque, découvrez et redécouvrez les merveilleux livres de cet auteur.


À la Maison Dion, nous ferons le cercle, selon les consignes sanitaires, pour partager des morceaux choisis. Il suffira d’apporter votre breuvage et votre texte préféré et lancer à voix haute sur l’onde de ce Fleuve qu’il aimait tant, ses mots et ses histoires, pour lui, pour lui rendre hommage.


Si cette Aventure vous intéresse, communiquez avec Andrée ou François au 418-247-5104 ou par courriel à andreep@globetrotter.net


Andrée Pelletier




Espace publicitaire