Menu principal

La petite histoire de L'Islet
par Guylaine Hudon le 2021-04-14

Mlle Angers de la Villa de l’Espinay

À quelques reprises sur la page Facebook de La petite histoire de L’Islet, il a été question de Mlle Marie-V. Angers soit dans l’histoire de la Villa de l’Espinay par Jérôme Pelletier ou aussi sur une photo de cette Villa par Isabelle Caron ou le nom de Mlle Angers ressortait encore une fois.

Marie-Valentine Angers naît à Québec, fille de François-Xavier Albert Angers et de Sophie-Claire Elmina Taschereau. Mlle Angers est la sœur du célèbre notaire-historien de Beauce, Philippe Angers. La sœur de son père, Caroline Angers, est mariée au poète William Chapman. Mais on dit des Taschereau qu’elle est l’une des plus influentes familles francophone de juristes et d’hommes politiques. Pierre-Georges Roy en fit un livre intitulé Les Taschereau. Elmina aurait eu 13 enfants, dont Mlle Angers était d’une famille nombreuse. Elle est l’arrière-petite-fille de Gabriel-Elzéar Taschereau, Seigneur de Beauce, et si l’on recule de 3 générations on y trouve Louis Jolliet découvreur du Mississipi et l’Illinois, premier Seigneur de l’Île d’Anticosti, premier organiste de la Basilique de Québec, pro-bablement le premier Docteur de philosophie en Amérique; sa thèse, Toutes les puissances, est remise au Collège des Jésuites, le 2 juillet 1666. Et si l’on recule de 3 autres générations on y trouvera Louis Hébert. Sa généalogie est composée de Seigneurs et enfants de Seigneurs pour la plupart.

Elle fait ses études chez les Sœurs de Jésus-Marie et participe à la fondation du premier conservatoire (d’art lyirique) Fafard-Drolet de Québec et elle s’y dévouera entièrement et même plusieurs années après sa fermeture en y organisant des anniversaires et rencontres des anciens du conservatoire. Elle était secrétaire, professeur de piano par moment, elle organisait et publiait les activités et plusieurs autres tâches. Mme Fafard-Drolet dira d’elle dans ses dernières années qu’elle n’aurait pu y arriver sans l’implication de Mlle Angers. On peut voir dans les petites annonces de journaux qu’elle organisait des activités pour collecter des fonds pour différentes œuvres de charité à Québec.

Adulte, tous les étés elle habite à L’Islet à la Villa de l’Espinay jusqu’en 1954, année de son décès à 87 ans et 8 mois.


Mlle Angers à la Villa de L’Espinay. Photo fournie par Isabelle Caron.


En 1921, elle achète la vieille école du haut de la paroisse pour l’ajouter à ladite Villa (partie que ma mère habite toujours au 298). Cette vielle école était du côté nord du chemin un peu plus à l’est que la petite école St-Édouard, numéro 2, située au 294, des Pionniers Ouest. Mlle Angers y donnait des cours de piano même à celles qui n’en possédaient pas. Un clavier dessiné sur du carton suffisait à certains élèves pour l’apprentissage à la maison. J’ai su par Isabelle Caron (fille du Capitaine Caron) que sa grand-mère a suivi des cours avec Mlle Angers.

Elle accompagnait Mme Fafard-Drolet à certains concerts, dont à l’église de L’Islet, entre autres. Plusieurs réunions du Conservatoire Fafard-Drolet ont eu lieu à la Villa de l’Espinay et plusieurs personnes importantes y sont passées en visite ou ont même séjourné l’été complet.


Mlle Angers à la Villa de L’Espinay. Photo fournie par Jérôme Pelletier.


Vous trouverez dans les journaux sur BANQ des allers-retours de Mlle Angers de la Villa de l’Espinay à la Villa des Bois, ou vice-versa. Cette Villa des bois ou Notre-Dame des bois est une aile réservée aux dames au Couvent des Jésus-Marie de Sillery. Les 4e et 5étage étaient réservés pour des femmes de leurs conditions (de la haute si l’on peut dire). Le Couvent de Sillery passa au feu en mai 1983 et, malheureusement, les archives ont brûlé. Cependant, on a pu me confirmer qu’en 1925 Mlle Angers demeurait à Sillery au couvent et jusqu’à son décès en 1954. Surtout ne vous fiez pas à son avis de décès; les erreurs sont nombreuses, le nom de son père, etc. Elle repose aujourd’hui au Cimetière St-Michel de Sillery avec Mme Fafard-Drolet et sur l’épitaphe on retrouve un des logos du Conservatoire Fafard-Drolet et mention de secrétaire pour Mlle Angers.

J’ai remarqué que malgré énormément de recherches on ne nomme jamais Mlle Angers lors des avis de décès dans sa famille. Il est vrai qu’à une époque on nommait surtout les gens mariés. Mais c’est spécial qu’elle ait été toute sa vie dans l’ombre malgré une grande implication et de nombreux talents. J’ai pu constater que sans elle et Mme Fafard-Drolet, il n’y aurait pas eu de conservatoire, car elles se complétaient.


Épitaphe de Marie V. Angers décédée à 87 ans et 8 mois. Photo fournie par Bertrand Guay.


P.S. : L’histoire de Jérôme Pelletier sur la Villa de l’Espinay est très intéressante et m’a donné le goût de faire une recherche sur ces deux femmes qui ont habité la maison ou j’ai grandi et ou je vais encore dès que je le peux.

Sylvie Isabelle

Sources :

· Une multitude de journaux aux archives nationales BANQ.

· Le bien public, section magazine du 18 novembre 1937 sur Louis Jolliet ainsi qu’Ernest Gagnon, étude bio-graphique et historiographique.

· Sre Louise des Jésus-Marie.

Photos : merci à Isabelle Caron et Jérôme Pelletier.





Espace publicitaire