Menu principal

Sarah à l'école secondaire... maintenant en confinement
par Guylaine Hudon le 2020-05-05

Et oui, en quarantaine!


Tout d'abord je tiens à mentionner que malgré le titre, je ne veux pas parler du confinement, de la Covid-19 et de tout ce qui concerne ce sujet dans cet article.

Pour une première fois, des éléments de ma vie personnelle seront présents dans ce texte. Plus précisément, parler des avantages d'être chez soi. Vous l'avez peut-être compris, je prends très positivement cette pause car, j'en suis surprise moi-même, ça me laisse du temps pour moi. Par exemple, j'ai toujours voulu jouer du piano alors, il y a quelques années, à un certain Noël, j'ai eu la « phase piano ». Vous vous demandez c'est quoi? C'est simple, un jour comme un autre, votre enfant va sortir de nulle part qu'il veut un piano. Voilà la phase! Et bien je l'ai finalement eu mon piano! Mais j'ai vite perdu tout intérêt et je l'ai laissé de côté. Dernièrement, je l'ai ressorti et j'apprends à en jouer grâce à une application. Pour l'instant ce n'est pas un grand succès, mais je ne perds pas espoir de réussir.



Un autre avantage, c'est que je peux passer plus de temps avec ma famille. Je n’ai pas à me plaindre de devoir supporter frères et sœurs, je n'en ai aucun. En cette période, on prend beaucoup plus de marche en famille, on s'entraîne, on cuisine, on profite de petits moments de jeux ou tout autre simplicité qu'en temps normal. Mais avoir du temps égal souvent faire du ménage... Je ne suis pas une grande "fan " du ménage encore moins quand c'est le temps de le faire! Ma mère, pour que je ramasse ma chambre, me menace souvent de la photographier pour l'envoyer sur Facebook en marquant en légende " voici la chambre de ma fille". Je ne prends jamais le risque de savoir si elle va le faire vraiment, donc si un jour vous la voyez... dites-le moi!

Le dernier point que je voulais aborder n'est pas complètement un avantage. Il faut réussir à le voir de mon point de vue. Je sais que pour la plupart des jeunes ou mêmes adultes, c'est difficile de ne pas voir les ami(e)s. Je ne vais pas vous cacher que c'est aussi difficile pour moi, mais je me dis qu'on se protège tous en restant éloigné pour quelques temps. Je reste en contact avec mes ami(e)s soit par texto sur les différentes plateformes de communication ou encore par appel régulier ou vidéo. Je sais très bien que cela ne remplace pas le vrai contact humain, mais faut s’y faire! Une fois, j'étais en appel avec une amie et elle se sentait un peu triste. Pour lui remonter le moral, je lui ai envoyé les dessins que je venais de faire. Je vous explique. Moi je fais de l'art dramatique depuis mon deuxième secondaire. Donc l'art plastique si vous l'avez compris, je ne le pratique plus mais j'aime bien le dessin parfois. Cette fois-là, j'ai écouté une vidéo YouTube pour dessiner un corps humain. Le résultat... j'en ri encore; ça ressemblait plus à un zombie qui s'est fait frapper que d'autre chose. Mon amie a ri, mais ri; elle s'arrachait presque les poumons! Elle a oublié ce qui la chagrinait. On peut s'apercevoir que les fortes amitiés dans tous les moments de la vie (distance, chagrin ou autres) peuvent survivre, et permettent de voir à quel point elles sont puissantes et résistantes.

Sarah Paquet, étudiante

à l’école secondaire Bon-Pasteur

4e secondaire






Espace publicitaire