Menu principal

Chronique architecture et patrimoine
par Guylaine Hudon le 2019-08-22

Les fenêtres : ouvertures essentielles à la vie de la maison

Jusqu’à présent, tous les articles de cette chronique ont porté sur les différents styles architecturaux des maisons anciennes présentes à L’Islet. Pour les prochains mois, on explore plus en profondeur certains éléments de ces maisons, pour détailler leurs caractéristiques selon les styles et époques. Pour cette première chronique, on présente les fenêtres anciennes.

En plus, les informations dans ces chroniques peuvent servir de repère pour quoi faire et ne pas faire lors de la réparation ou restaurations de maison ancienne. Le principe premier de la restauration est de conserver les éléments du style intacts et de remettre les éléments modifiés conformes au style et à l’époque de la maison. Ces articles peuvent donc donner des indications en ce sens.

Styles et époques

Pour dater grossièrement une fenêtre, il suffit souvent de regarder la taille des carreaux de verre. Les modèles plus anciens ont de plus petits carreaux, et sont donc plus nombreux par fenêtre, car la technologie ne permettait pas de produire de grandes feuilles de verre à l’époque. De cette façon, les fenêtres à deux battants de la maison française sont celles qui comportent le plus de carreaux, soit généralement 10 ou 12 petits carreaux par battant, sur deux colonnes. Ce type de fenêtre est exclusif à la maison d’inspiration française. Dans la maison canadienne, les fenêtres ont aussi deux battants, mais ont trois grands carreaux par battant. Il s’agit des fameuses fenêtres à six carreaux. Ce modèle a aussi été utilisé dans la maison à mansarde, de colonisation et même dans les modèles d’inspiration anglaise au 19siècle.

Au 20e siècle, de nouveaux styles de fenêtres apparaissent, surtout sur les maisons d’inspiration américaine. Les fenêtres à battants peuvent être désormais sans carreau, en plus d’un imposte (ouverture sur la largeur de la fenêtre dans la partie supérieure, en haut des battants). Les fenêtres à guillotine (ouverture verticale) se répandent aussi. Ces dernières ont quatre carreaux allongés à la verticale.

Cadrage et ornementation

Puisque le cadrage des fenêtres était souvent fait de manière artisanale, il existe une grande variété dans l’apparence des cadres. Par contre, la configuration de base reste presque toujours la même. Le cadre est toujours en planche de bois peint et se compose obligatoirement d’un appui et d’un chambranle. L’appui, la pièce à l’horizontale soutenant la fenêtre, est en saillie vers l’extérieur et dépasse légèrement le cadre sur les côtés. Le chambranle, quant à lui, se compose de planches posées à plat sur les côtés et le haut de la fenêtre pour former le joint d’étanchéité entre la fenêtre et le mur. Le chambranle est toujours à angle droit : il n’y a pas de joint à 45 o dans les coins.

Cet assemblage de base, bien que suffisant, est souvent affiné pour améliorer l’esthétique du cadrage. Une planche taillée ou chantournée peut être ajoutée sous l’appui. En plus, le chambranle peut être peaufiné par l’utilisation de planches décoratives travaillées à la main. Le haut de la fenêtre est aussi souvent agrémenté d’une corniche en saillie légère, droite, en triangle ou ouvragée.

En plus, il est primordial que le style des fenêtres et des cadrages soit uniforme sur l’ensemble de la maison. Malheureusement, il n’est pas rare de voir des maisons anciennes dénaturées par des fenêtres modernes de différents formats, avec des dispositifs d’ouverture changeants (battants, guillotine, etc.) et de styles incompatibles.

Lucarnes

Pour les fenêtres des lucarnes, le style de fenêtre est le même que le reste de la maison. La fenêtre est plus petite que celle du rez-de-chaussée, mais est légèrement plus haute que large. Elle comporte moins de carreaux que les fenêtres de la maison, soit généralement quatre pour les maisons canadiennes. Dans le cas des lucarnes simples des maisons de style français et canadien, le cadre sur les côtés de la lucarne forme les coins de cette dernière.

Les lucarnes seront présentées plus en détail dans la chronique du mois prochain.

Tristan Morin


Une fenêtre à six carreaux typique d’une maison canadienne, dont le chambranle est légèrement ornementé de moulures. Photo : Tristan Morin.


Une fenêtre de la maison François Guyon (1681), représentant le style de fenêtre à petits carreaux de la maison française. Photo : Tristan Morin.





Espace publicitaire