Menu principal

Cinéma...
par Guylaine Hudon le 2019-08-13

Voici les films présentés au mois d’août 2019 au Centre socioculturel Gérard-Ouellet.


Les drapeaux de papier

Les 14 et 15 août à 19h30

Vincent a 30 ans et vient tout juste de sortir de prison après 12 ans de détention. Charlie, bientôt 24 ans, mène une vie simple, sans excès, loin de la ville. Ils sont frère et sœur. Un jour, Vincent vient voir Charlie et celle-ci lui permet de rester avec elle. Il veut reprendre une vie normale et elle est prête à l’aider. Mais, entre la tendresse et les éclats de rire, Vincent a du mal à contrôler la colère qui gronde en lui. Il pourrait bien tout détruire autour de lui s’il n’arrive pas à dominer ses instincts.

Fait à noter, le réalisateur n’a pas 20 ans et déjà on reconnaît son immense talent.

L’extraordinaire voyage du fakir

Les 21 et 22 août, à 19 h 30.

Aja était tout jeune quand il comprit que sa famille était pauvre. Il décida donc de devenir un fakir de rue qui dupe les passants pour faire fortune et ainsi pouvoir amener sa mère à Paris. Malheureusement, celle-ci décède avant que le projet ne se concrétise. Aja décide de s’y rendre tout de même pour honorer sa mémoire. Arrivé là-bas, il fait la connaissance de Marie dans un Ikea et il en tombe immédiatement amoureux. Il lui donne rendez-vous le lendemain soir sous la tour Eiffel. Par un malencontreux hasard, Aja se réveille dans un camion en route pour un voyage à travers le monde où il fera de merveilleuses rencontres et où il lui arrivera toute sorte d’aventures alors qu’il tente le tout pour le tout afin de revenir à temps auprès de Marie.

Un excellent film de Ken Scott qui nous avait donné la Grande Séduction.

L’incroyable histoire du facteur cheval

Les 28 et 29 août, à 19 h 30

À la fin du 19e siècle, en Drôme, habite Ferdinand Cheval, un infatigable facteur solitaire. Éprouvé par le destin et parlant peu, il cherche parfois à échapper au genre humain en frayant le plus possible avec la nature. Un jour, il rencontre Philomène, une veuve rayonnante dont il tombe amoureux. Leur union donnera naissance à Alice. Plus ou moins à l’aise avec cette enfant, Ferdinand décide de lui construire de ses propres mains un palais. Il consacrera des décennies à ériger cette structure visionnaire, devenant la risée des habitants du village qui ne comprennent pas son obsession.

Une drôle d’histoire, mais une histoire vraie.

Claire Wingen, directrice



Espace publicitaire