Menu principal

Kim Thuy envoûte son auditoire
par Guylaine Hudon le 2019-05-31

La Bibliohtèque Jean-Paul Bourque souligne cette année son 40e anniversaire. Dans cette foulée, la bibliothèque a ravi une foule nombreuse de lectrices et de lecteurs en présentant une conférence avec Mme Kim Thuy, écrivaine bien connue et appréciée dans toute la francophonie.

L'auditoire rassemblé en l'église Notre-Dame de Bonsecours fut ébloui par les propos de Madame Thuy, le dimanche 5 mai dernier.

Elle parle d’abord de son pays. Avril 1975, la guerre du Vietnam prend fin. La famille Thuy vit alors une transition difficile imposée par les Vietcongs, les conquérants. Le nouveau régime politique communiste abolit presque tous les droits des sud-Vietnamiens... La vie devient impossible pour des milliers de personnes, incluant la famille Thuy.

Nous, occidentaux, découvront alors les boats people qui transportent des familles entières du Vietnam vers différentes destinations en Asie du sud-est. C'est dans l'un de ces bateaux que la famille Thuy accoste en Malaisie, après un voyage périlleux et épuisant, tant physiquement que mentalement.

La Famille Thuy s'installe comme des milliers d'autres dans un camp de réfugiés. Ici, le mot RÉFUGIÉ prend tout son sens : une cassure nette entre le passé et un futur imposé. Kim Thuy fait une description désolante et cruelle de la situation. Elle dit que les réfugiés sont comme des arbres presque morts, les branches sont sèches et dénudées. Cependant, ils peuvent revivre une fois le sol enrichi d’éléments nutritifs.

L'écrivaine a fait état de ses nombreux voyages en racontant diverses anecdotes. Elle a tenu à rappeler que la culture québécoise est plus connue que ce que l'on pense généralement. « De nombreuses universités en dehors du Canada offre un programme d'étude en littérature québécoise. De quoi être fier de notre langue québécoise », se plaît-elle à déclarer.

Vous auriez aimé l'entendre dire ce qu'il faut savoir de la littérature russe. Lors d'une série de conférences en Italie, un accompagnateur lui est désigné. Il se prénomme Marco et il est diplômé en littérature russe. Kim Thuy lui demande pourquoi avoir étudié la littérature russe. Après une mise en contexte, le bel italien finit par dire : « Une goutte de sueur qui trace la frontière de l'adultère... » c'est tout ce que vous avez à savoir sur la littérature russe.

D'entrée de jeu, elle le dit : « Je pourrais parler pendant sept heures. Elle raconte une vie riche et diversifiée. Courageuse, brillante et captivante, voilà les qualités qui en font une écrivaine de talent.

Elle se sent « intuable ».

Guy Laprise


Kim Thuy a chaussé ses souliers à talons hauts pour mieux entrer dans son univers. Photo : Guy Laprise.


Hélène St-Pierre, Anne Bérubé et Kim Thuy en préparation pour la conférence. Photo : Guy Laprise.


Hélène St-Pierre était fière de présenter Kim Thuy pour souligner le 40anniversaire de la Bibliothèque Jean-Paul Bourque. Photo : Guy Laprise.


Hélène St-Pierre finissant la présentation de la conférencière, Kim Thuy. Photo : Guy Laprise.


Kim Thuy au naturel. Photo : Guy Laprise.




Espace publicitaire