Menu principal

Les plaisirs de l’hiver
par Guylaine Hudon le 2019-03-13

En hiver, ceux qui sont plus âgés se souviennent qu’il y avait de la neige jusqu’en haut des maisons. Ceux qui restaient dans les rangs en campagne, se retrouvaient avec les rangs fermés.

Les femmes travaillaient à la maison pendant que les hommes continuaient les travaux de la ferme ou allaient dans les chantiers. Pour se déplacer, ils utilisaient généralement des raquettes en bois léger, avec de la babiche et des attaches en cuir. Pour de plus longues distances, on utilisait des voitures à chevaux (carriole, traîne, sleigh, berlot, etc.) ou, plus tard, les « snowobiles » (autoneiges).

Pour mieux s’adapter à l’hiver, les moyens pour se déplacer ont beaucoup évolué. Il y a eu l’invention de l’autoneige et de la motoneige qui ont remplacé le cheval avec les traîneaux. Aujourd’hui c’est devenu un sport.

À L’Islet, on a conservé la tradition de la Parade des berlots, tirés par les chevaux jusqu’à l’église. C’est à chaque année, en même temps que le Carnaval de Québec. À St-Jean-Port-Joli, c’est la sculpture sur neige. C’est une fête à laquelle les gens participent beaucoup. Ce sont de belles activités, seul, en groupe ou en famille.

Le déneigement a beaucoup évolué, c’est plus professionnel. Depuis les années 50 environ, le déneigement est obligatoire même dans les rangs de campagne. Même s’il y a beaucoup de neige, il y a plus de camions de déneigement. Les prévisions météo sont plus avancées, on surveille davantage les tempêtes. Les autoroutes et les écoles ferment pour qu’il y ait moins d’accidents.

Autrefois, les enfants jouaient beaucoup dehors en hiver. Ils glissaient avec des traîneaux en bois ou avec des chambres à air de camion. Ils s’amusaient sur leur terrain avec les enfants du voisinage. Ça a bien changé! Maintenant, il y a plus de loisirs organisés et des endroits pour faire du sport. Les plus jeunes glissent avec les trois-skis et des trips en plastique.

Je me souviens que mes parents ne m’ont jamais montré à faire des sports. Je rêvais de faire du saut à ski. Je regardais les athlètes à la télévision.

À Québec, je prenais l’autobus par tous les temps, qu’il y ait de la glace et ou une tempête. À cause de ça, je n’aimais pas trop l’hiver en ville.

Quand j’allais au chalet, j’aimais l’hiver : voir de la neige dans les arbres, faire de la motoneige, jouer dehors avec les enfants, profiter de l’hiver, même s’il fait froid. J’aimais aussi marcher dehors avec mon chien.

Vivent les beaux moments en hiver. Que de bons souvenirs!

Martine Blouin



Espace publicitaire