Menu principal

La « Parade des berlots » de retour en février 2019 pour son 40e anniversaire!
par Guylaine Hudon le 2019-01-08

La « Parade des berlots » a eu lieu pour la première fois en 1980, lors d'un dimanche matin de février. Cet événement s’inscrivait alors dans les activités du Carnaval du Chiard blanc. Ce défilé fort populaire de carrioles et berlines a toujours été suivi d'un autre événement, la Criée des âmes, organisée au profit de la fabrique Notre-Dame de Bonsecours. C’est une tradition bien ancrée dans notre municipalité. Cependant, l’an dernier, les organisateurs étant à présent âgés et les charretiers se faisant rares, ils ont pris la décision d’abandonner l'activité. Cette décision, bien que fort compréhensible, en a déçu plusieurs. C'est pourquoi la Corporation des arts et de la culture L’Islet (CACLI), avec le soutien de Monsieur Pierre Saint-Pierre, lui-même charretier, et l’appui de plusieurs citoyens, a décidé de reprendre le flambeau. Grâce aux précieux enseignements de Madame Jacqueline Caron Kirouac, l’organisatrice principale de l’activité au cours des dernières années, et l’appui de nombreux citoyens de notre municipalité, il sera possible de poursuivre cette belle tradition et de faire revivre pour les plus jeunes un passé encore très présent dans la mémoire des anciens de L'Islet.

L’origine du « berlot »

Les paroissiens devaient, jusqu'aux années quarante et cinquante, se rendre à la messe l'hiver en carrioles ou berlines, appelés « berlots ». C'est à la fin du XIXe siècle que les habitants du Québec « perfectionnent la “berline-barque” pour en faire la “berline” ou “berlot” traditionnel[1]. » Selon l'historien Paul-André Leclerc, alors professeur au cégep de La Pocatière et directeur-fondateur du Musée François-Pilote de La Pocatière, il s'agit d'une invention purement québécoise. La carriole, quant à elle, a été modifiée pour s'adapter aux hivers québécois par le remplacement des roues par des patins et « en ajoutant un pare-neige et un petit siège mobile pour le conducteur[2]. » Cette voiture, plus élégante que le berlot traditionnel, est utilisée jusqu'au milieu du XXe siècle.

Cette pratique, bien sûr, n'était pas exclusive à L'Islet, mais le fait de la reproduire annuellement est une tradition clairement associée à notre municipalité. Nous croyons être la seule municipalité du Québec qui perpétue à présent cette tradition. Le décor du secteur L'Islet-sur-Mer de la municipalité de L'Islet se prête admirablement bien à l’événement, le chemin des Pionniers étant jalonné de bâtiments ancestraux ayant conservé leur cachet patrimonial.

L’organisation du défilé

La « Parade des berlots » mobilise plusieurs bénévoles et propriétaires de chevaux. Pour mener à bien sa réalisation, les organisateurs ont besoin de la collaboration de la municipalité et de la Fabrique Notre-Dame de Bonsecours ainsi que l’appui financier de plusieurs entreprises. Il faut aussi obtenir les permis de différents ministères.

Le matin même, les chevaux, attelés aux berlines et carrioles, sont regroupés dans un champ appartenant à madame Colette Caouette, situé derrière la maison du docteur Charles Caron, au 454 du chemin des Pionniers (route 132), à environ 3 km à l'est de l'église Notre-Dame-de Bonsecours. Ce champ doit d'abord avoir été déneigé la veille. Pour faciliter la circulation des « berlots » sur patins tout le long du parcours sur le chemin des Pionniers, de la neige doit être étendue sur la portion sud de la route.

Le déroulement

Les carrioles se mettent en branle vers l'église dès 9 h 15 le matin. Après la messe se tient la Criée des âmes de la fabrique et, à la sortie de l’église, il est parfois possible de faire un tour de   « berlot »; vers 11 heures, les charretiers retournent au lieu de départ et ils sont ensuite invités à partager un repas traditionnel à la salle des Habitants. Tout le long du parcours et sur le stationnement de l'église, les gens des alentours et les touristes, tous bien emmitouflés, admirent les équipages et peuvent revivre ces moments de la vie de nos ancêtres. C'est une occasion festive de rassemblement des familles, tant pour les participants que pour les spectateurs.

Demande de désignation au patrimoine immatériel du Québec

Afin de pérenniser le souvenir de cette pratique, nous voulons demander à la ministre de la Culture et des Communications, Madame Nathalie Roy, la désignation de la « Parade des berlots » comme élément du patrimoine immatériel du Québec. En plus de permettre la transmission du souvenir de ce moyen de transport hivernal québécois dans la mémoire des Québécois, cette désignation constituerait une reconnaissance de l'extraordinaire travail des bénévoles réalisé au cours des 40 dernières années, et nous aiderait sans doute à en recruter d’autres, parmi les générations suivantes.

Une pétition circule afin d’appuyer notre démarche. Les entreprises et organismes de la région seront aussi sollicités afin de commanditer l’événement et d’appuyer notre demande de désignation. Une copie de la pétition a été déposée à l’accueil de la municipalité. Nous vous invitons à appuyer notre démarche en signant la pétition, en en parlant autour de vous et, bien sûr, en étant nombreux à venir voir le défilé le 10 février prochain!

Odette Lussier

Arts et culture L’Islet





[1] Leclerc, P. (1991). « Promenades d’hiver : Traînes, berlines, carrioles, sleighs.... », Cap-aux-Diamants, (24), p. 44, [https://www.erudit.org/fr/revues/cd/1991-n24-cd1041843/7757ac/]


[2] Ibid.






Espace publicitaire