Menu principal

Armande Lili Chouinard - Hommage à une centenaire née le 10 septembre 1918
par Guylaine Hudon le 2018-10-10

Peu importe l’âge que nous avons aujourd’hui, 1918 a été et restera une année marquée par plusieurs événements historiques. Parmi eux, rappelons que le monde est plongé dans la Première Guerre mondiale, qui connaît son dénouement le 11 novembre avec la signature de l'Armistice. Au Québec, l'actualité de l'époque est aussi teintée par la guerre : au printemps, la conscription provoque les pires émeutes de son histoire puis, au cours de l'été, la grippe espagnole fait son apparition, épidémie qui cause le décès de 30 000 personnes au Canada. Sur une note plus positive, en mai 1918, le gouvernement fédéral accorde le droit de vote aux femmes.

D’Armande à Lili

Plus près de nous, le 10 septembre 1918, dans le paisible chemin du Moulin, aux Trois-Saumons de Saint-Jean-Port-Joli, voit le jour Marie Albertine Armande Chouinard, l'aînée des 13 enfants d'Emma Bélanger et Albert Chouinard. À cette époque, la famille élargie existe déjà, mais avec une signification différente qu'aujourd'hui. La petite Armande peut compter sur la présence de ses parents, mais aussi sur celle de ses grands-parents paternels Azélie et François Chouinard, et de sa tante Marie, de son oncle Antoine qui habitent aussi la résidence familiale. Très fier d'être nouvellement grand-père, François est en admiration devant cette première petite descendante qu'il veut présenter à tous ses amis, occasion qu'il ne manque pas, étant un des seuls de la région à posséder une voiture en 1919. Comme François trouve la petite si jolie et voit en elle un peu de la grand-mère Azélie, le prénom Armande fait rapidement place au surnom affectueux, plus doux et féminin de Lili, qui sera là pour toujours.

Le sens des responsabilités

Bien qu'Armande profite bien de son statut de première petite-fille et d'aînée pour se faire gâter, le privilège vient avec une responsabilité : celle de montrer l'exemple, d'être raisonnable et, surtout, d'accomplir les nombreuses tâches du quotidien. Dès son plus jeune âge, elle seconde sa mère auprès d'une maisonnée qui ne cesse de s'agrandir avec l'arrivée de 8 frères et 4 sœurs. Vers l'âge de 18 ans, forte de son expérience des travaux domestiques, Armande va aider sa tante Alexina, qui prend en pension une dizaine de travailleurs au concasseur des Trois-Saumons, en activité entre 1936 et 1938, lors de la construction de l’actuelle Route 132.

Son cœur s’emballe pour un homme à vélo!

Après quelques prétendants, Armande tombe sous le charme de Louis Caron, fils d'agriculteur du 2e Rang de L'Islet, qui demeure à quelques kilomètres de chez elle. Louis commence sa conquête en rendant visite à Armande en vélo, une cour discrète et soutenue échelonnée sur deux années. Puis, le 23 octobre 1939, face à l'imminence de la Deuxième Guerre mondiale, tous deux choisissent d'effectuer le grand saut, pour le meilleur et pour le pire. Après un voyage de noces à Sainte-Anne-de-Beaupré et quelques jours à la maison des beaux-parents, ils s'installent sur leur terre dans les limites des Trois-Saumons, à L'Islet-sur-Mer. Cette maison profite d'un emplacement unique, mais n'est pas pourvue d'électricité, ce qui viendra deux ans plus tard, en 1941, à temps pour l'arrivée de la cigogne. Ma mère Nicole voit le jour le 21 mai 1942. Tout comme Armande, Nicole profite de son statut de première arrière-petite-fille pour se faire chouchouter et bercer par ses nombreux oncles et tantes. Elle sera suivie de trois autres filles : Marielle, Lise, et Micheline. À cette époque où la terre a besoin de bras pour faire fonctionner la ferme, on comprend mieux la force de caractère des filles Caron, qui doivent prendre leur place pour montrer de quoi elles sont capables. On imagine la fierté de Louis de saluer enfin l'arrivée de deux fils : Benoît et André pour assurer la relève. S'ajouteront à la famille Ginette, puis Gilles, soit 8 enfants en 13 ans.

Un long fleuve tranquille

Le couple Louis et Armande travaille main dans la main pour mener à bien une vie faite de dur labeur et de compromis, mais surtout de plusieurs moments de bonheur. Excellente cuisinière, reconnue notamment pour ses talents de boulangère et de pâtissière, Armande excelle également dans le tricot et la couture. Bref, une femme bonne à marier en qui Louis a vu la perle rare. On devine certes qu'Armande a été séduite par le côté taquin de Louis, qui aime bien jouer des tours à ses proches. Ensemble, Louis et Armande forment un couple heureux sans histoire et ont une belle vie comme un long fleuve tranquille.

Destin inattendu et nouvelle vie

À la mi-cinquantaine, Louis déjoue les plans de leurs vieux jours en faisant faux bond à son épouse des 33 dernières années, décédant subitement le 31 mars 1973, à l'âge de 57 ans. Gilles, le plus jeune de la famille, prend alors la relève de la terre familiale. Malheureusement, neuf ans plus tard, il décède lui aussi subitement, à 27 ans. Bien que cette maison ait fait vivre beaucoup de moments de bonheur à Armande, le temps est venu, à l'aube de ses 65 ans, de tourner la page et d'entamer une nouvelle vie au cœur du village qui l'a vu naître. Son nouveau chez-soi, sur la rue Verreault, lui donne toute l'autonomie pour vaquer à ses occupations quotidiennes, sans dépendre d'autrui : aller à l'église, au bureau de poste, à la pharmacie, chez la coiffeuse, visiter sa mère, bref, mener une vie active à proximité de tout.

Une femme active

Douée en couture, Armande occupe ses temps libres en faisant des contrats de finition de tabliers et nappes ou en brodant des bavoirs et des tire-plats pour l'Artisanat Chamard. Ses talents de cuisinière ont par ailleurs des échos jusqu'au presbytère de L'Islet, où elle est invitée à remplacer la religieuse en congé de maladie.

Son secret?

Dans la famille d'Armande, force est de constater que les femmes sont dotées d'une génétique particulière... une force de la nature. Quel est le secret de cette longévité, dans une forme exceptionnelle? Difficile à dire. On ne lui connaît pas de cachette de brandy ou de rhum, ni de quelconque cure de jouvence! Certes, notre Armande, tout comme l'était sa mère Emma, est une femme coquette, toujours bien mise et qui a toujours été fière de sa personne. Lors d'une récente intervention de la cataracte, à l'âge de 97 ans, quel ne fut pas son étonnement de se voir dans le miroir le lendemain et de dire spontanément : Je suis donc bien ridée! Son médecin a bien ri et ma mère, qui l'accompagnait, en rigole encore aujourd'hui en racontant l'anecdote... Cette façon d'être, ce désir de toujours se montrer sous son meilleur jour, cette fierté bien placée sont pour moi autant d'éléments « bons pour le moral » qui ont contribué à la garder toujours bien vivante.

100 et plus…

Aujourd'hui, Armande est centenaire, mère de 8 enfants, grand-mère de 19 petits-enfants et de 32 arrière-petits-enfants. Elle est une femme admirable et bienveillante, un véritable pilier pour l'ensemble des membres de notre famille. Comme des milliers de femmes, héroïnes invisibles de la vie quotidienne, son nom Armande/Lili sera à jamais inscrit au temple de la renommée des centenaires et pour toujours gravé dans nos cœurs. Longue vie en santé!


Claire Chouinard

Madame Armande Chouinard, 100 ans. Photo fournie par Claire Chouinard.





Mots-Clefs

Armande Lili Chouinard  
Espace publicitaire