Menu principal

250e Église Notre-Dame de Bonsecours
par Guylaine Hudon le 2018-09-13

La chapelle de la Congrégation

Arrêtons-nous ce mois-ci, à l’histoire de la chapelle de la Congrégation.

Première église

En 1721, à la construction de la deuxième église, la première église de pierre, toujours solide, est convertie en chapelle pour la Congrégation des dames de la Sainte Vierge. En 1866, le curé note même qu’il ne doit y avoir aucun homme dans la chapelle de la Congrégation! L’hiver, on entrepose les morts dans cette chapelle. Elle était située à l’emplacement de la statue du Sacré-Cœur, à l’entrée du cimetière, derrière le vieux presbytère.

Construction

En 1852, le sort de la première église est scellé : on la démolit pour rebâtir une nouvelle chapelle formant une sorte de transept au nord de la nef de l’église. En 1853, on réutilise les pierres de l’ancienne chapelle pour les fondations de la nouvelle. On donne des dimensions de 25 pieds par 40 à l’adjonction, centrée sur la deuxième fenêtre de la nef, en plus d’y ajouter un corridor couvert vers la sacristie. Deux ans après sa construction, le curé Delage est insatisfait des dimensions et voudrait l’allonger. Ces travaux pour allonger la chapelle de 17 pieds et demi ne sont exécutés qu’en 1885, par son successeur.

Décoration

L’abbé Pierre-Stanislas Vallée, vicaire à L’Islet, imagine la décoration intérieure originale de la chapelle en 1859. C’est également lui qui dirige le chantier. Ce décor est refait à neuf en 1885 selon les plans de l’architecte David Ouellet, qui a créé les clochers de la façade l’année précédente. Sculpteur à ses heures, il signe également le maître-autel de la chapelle. Ce décor a survécu jusqu’à aujourd’hui.

L’église Sacré-Cœur

À la fermeture de l’église Sacré-Cœur de L’Isletville, en 2013, de nombreuses pièces ont été récupérées pour être installées dans la chapelle. La majeure partie de l’ameublement du chœur et des murs provient de cette église. On y retrouve la table d’autel et l’ambon de Nilus Leclerc, le chemin de croix de Médard Bourgault, les statues du Sacré-Cœur et de la Vierge Marie, le bas-relief du Baptême de Jésus de Benoi Deschênes, la fontaine baptismale et le réservoir d’eau bénite d’André Émond. Des statues en plâtre et des chaises du chœur ont aussi été récupérées.

Bancs

Les bancs de la chapelle sont uniques au monde. Installés en 1866, leur mécanisme permettant de retourner le dossier des deux sens a été « pantenté » par un paroissien. L’utilité de pouvoir s’asseoir dans les deux directions réside dans le fait qu’il était possible, grâce à ces bancs, d’assister à la messe dans l’église depuis la chapelle. Cet espace était notamment utilisé par ceux qui n’avaient pas les moyens de couvrir les frais d’un banc dans l’église. Ce principe amuse et en surprend plus d’un.

Le mois prochain, il sera question des bâtiments reliés à l’église, tels que le presbytère, la salle des habitants et le cimetière.

Tristan Morin

Intérieur de la chapelle de la Congrégation. Photo : Tristan Morin.








Espace publicitaire