Menu principal

Dans la tête du lampadaire
par Guylaine Hudon le 2018-01-24

Bonjour,

Je suis un lampadaire comme des millions d'autres. Vous ne pensiez pas qu'un lampadaire pouvait vous racontez une histoire? Et bien, détrompez-vous, car j'ai traversé les siècles en compagnon éclairé de l'humanité.

Je suis sans doute apparu au premier temps de la maîtrise du feu par les anciens humains de l'ère préhistorique. J'ai connu plusieurs formes et plusieurs sources d'énergie. Du simple tison jusqu'à un éclairage intelligent, j'ai accompagné tant l'urbanisation que le développement rural. Je suis un témoin silencieux allumé la nuit et éteint le jour.

Témoin sourd mais éclairé des époques technologiques, des joies et des peines... j'ai été braise tendue au bout des doigts et gigantesque flamme du souvenir. Élément de décors aussi dans les films de rue, je suis dans l'ambiance en fonction des metteurs en scène ou des services publics.

Je cadence le jour et la nuit. Mon rôle est fort simple et d'une routine implacable : apporter un peu de clarté dans la noirceur ambiante des rues du village ou de la ville. Le lampadaire ou le réverbère est inerte, c'est un objet pratique pour éclairage nocturne. Pas de cerveau, pas d'humanité, ni de vivant. Matières assemblées et conçues par des entreprises d'affaires en formes et en grosseurs illimitées, le lampadaire est le roi de l'éclairage et un étendard obligé dans la vie nocturne. Témoin sourd, mais éclairé...

Même qu'un lampadaire fictif prend vie sur une petite planète dans Le Petit Prince de Saint-Exupéry. J'ai dansé sous la pluie, on m'a installé au fonds des mers, des mines et sous tous les climats. Je suis le phare de la navigation maritime et la bougie du recueillement. Comme vous le constatez, mon usage est omniprésent.

Enfin, je suis toujours à la fine pointe de la technologie. Aujourd'hui, je m'allume grâce aux ondes à distance avec de l'énergie solaire ou éolienne, avec des piles et avec des fils électriques. Malgré moi, parfois je suis mal utilisé. En conséquence, je provoque de la pollution lumineuse parce que j'ai un problème de conception. Ce qui veut dire que je dois éclairer en direction du sol et non pas vers les étoiles. Parfois on réajuste le tir en me coiffant d'un joli chapeau et en ajustant l'intensité de mes lumières.

Au revoir, je retourne éclairer le monde des ténèbres.

Guy Laprise



Mots-Clefs

lampadaire  
Espace publicitaire