Menu principal

Dans la tête de Sam
par Guylaine Hudon le 2017-09-20

Je m'appelle Sam. J'ai dix ans. Je suis née à Québec. Je suis une petite chienne de ville qui a fréquenté l'univers des parcs à chiens. J'ai aussi dû m'adapter dans une petite meute de chiens de traîneau avec qui j'adorais partir en excursion.

Depuis mon arrivée à L’Islet-sur-Mer, il y a huit ans, je mène une vie plus stable, moins de changements et moins d'adaptations. Je suis de la race canine. On a dit que j'étais un croisement entre le labrador et le berger allemand. Cependant, même le vétérinaire dit que j'ai du husky. Puisque j'ai été une petite chienne abandonnée, il est bien difficile de savoir exactement.

Ma maîtresse habite un bel appartement que je partage avec elle. Je suis au paradis avec elle. Elle me soigne, m'alimente, m'ouvre les portes, porte toujours un petit sac pour mes besoins quotidiens et elle m'adore. Elle me respecte comme un être vivant à part entière.

Parfois, en marchant, je songe à mes premiers ancêtres, les loups. Auraient-ils donné le plus beau cadeau au monde en permettant la domestication de certaines d'entre elles? Par exemple, tel que vous me voyez sur la photo, vous devez constater que je pourrais vivre dans une meute sauvage tellement je ressemble à une belle louve vieillissante.

Ne dit-on pas : le chien est le meilleur ami de l'homme... Nous, les canins, comme d'autres animaux domestiques, nous avons nos écoles, nos hôpitaux, nos garderies, nos médecins vétérinaires et nos cuisiniers. En échange, notre collaboration ancestrale lie la vie canine à celle de l'humanité. Plusieurs particularités de mon métabolisme expliquent comment les humains ont sollicité mes sens. Parmi les nombreuses fonctions auxquelles un grand nombre de congénères s'activent, notons : les animaux errants, de compagnie, de douanes, de personnes disparues, d'alertes médicales, de protection de l'environnement, de détection de champignons comestibles ou de moisissures et bien d'autres.

De tous les temps, nous accompagnons les humains dans toutes leurs découvertes territoriales, en situation de paix comme de guerre. Malheureusement, les humains méchants dressent des canins méchants au-delà du borden colley qui épate dans l'arène du cirque. Marchant et courant à travers toute la terre (c'est ainsi que ma maîtresse nomme la grosse boule où nous gambadons), nous avons une présence planétaire et nos familles sont nombreuses et variées... les mélanges génétiques sont plus qu'observables.

Mes sens amplifiés sont la source de la relation tissée avec l'homme. Cela est démontré dans les études scientifiques et anatomiques qui ont analysé notre métabolisme au cours des âges.

Je crois que je suis une bête savante comme si j'avais l'habitude humaine d'écrire...

Suite au mois prochain…


Sam. Photo : Guy Laprise.





Espace publicitaire