Menu principal

Visage de la santé chez les aînés : quand les coupures font mal
par Journal Le Hublot le 2016-01-20


Je connais une belle dame âgée qui habite tout près de chez moi… Une dame aux cheveux tout blancs, habillée à la mode et plutôt autonome. Elle a bien quelques petits problèmes de santé comme bien des femmes de son âge mais rien de majeur. Depuis deux ans cette femme recevait la visite d’une infirmière à domicile pour des prises de sang. C’est un peu normal, elle est à risque de chute car elle est parfois un peu déséquilibrée! Ça la fait rire quand je lui dis ça qu’elle est un peu « déséquilibrée »! Elle trouve que ça fait un peu vieille grincheuse! Évidemment elle est déjà tombée, car un de ses pieds lui tourne le dos (ha ha) parfois, ce vilain pied qui a déjà subi une opération il y a fort longtemps.


Dernièrement, cette dame a reçu la nouvelle que l’infirmière ne se déplacerait plus chez elle. Les coupures dit-on… Il paraîtrait que, puisqu’elle conduit encore sa voiture à l’occasion (peut-être 4-5 fois par été), elle devra dorénavant trouver les moyens de se déplacer par elle-même pour ses prises de sang. Pourtant cette charmante dame ne conduit pas l’hiver depuis fort longtemps, elle a bien trop peur des gros camions! De plus, juste sortir de chez elle est une péripétie en soi : escaliers peut-être glacés, stationnement en pente, neige abondante. Les intempéries ne sont certes pas ses amies!


Ce qui est très choquant c’est que le virage ambulatoire, qui date de longtemps, n’est pas toujours adapté aux conditions réelles des personnes âgées (ou même plus jeunes). On veut que les personnes âgées restent dans leur milieu naturel le plus longtemps possible mais on les oblige à se déplacer quitte à se blesser pour prendre un transport à moins 25 degrés en plein hiver alors que tout est gelé et que les trottoirs sont glissants.


Cette charmante dame n’est pas un numéro. Oui elle est en forme, belle, intelligente, travaillante et souriante. Mais doit-on pour autant couper ses services à domicile qu’elle reçoit depuis deux ans sous prétexte qu’elle est capable de conduire en été ou d’aller à des activités sociales sans être accompagnée (elle fréquente le Centre de jour, un petit autobus vient la chercher et la conductrice vient à la porte pour lui tenir gentiment le bras)? D’ailleurs saviez-vous que 80 % des soins à domicile sont donnés par des proches aidants, majoritairement des femmes, et ne coûtent rien à l’état?


Je suis outrée que le « système de santé » (entendons-nous bien, ici derrière ces mots « système de santé » il y a des humains qui prennent des décisions…) remette en question l’aide à domicile pour les individus fragilisés. Que l’on préfère gérer des risques importants plutôt que d’investir quelques dollars pour rendre sécuritaires les suivis, que l’on coupe là où les réels besoins humains existent alors que si cette dame se casse une hanche ça coûtera sans aucun doute la peau des fesses à notre société « déjà malade ».


Tsé, elle n’est pas handicapée, mais pourrait-elle le devenir juste parce que tout à coup les services ne se rendent plus chez elle? Puis, pourquoi ne faciliterait-on pas la vie des personnes âgées en les soignants le plus possible dans le confort de leur foyer? C’est déjà angoissant pour elles de ne plus avoir leur pleine capacité, si en plus on leur impose des périls chaque semaine, cela ne les encourage-t-elle pas à s’isoler davantage et à éviter de parler de leur bobo par peur qu’on leur impose des périples dangereux (comme sortir dehors pour une prise de sang)?


L’isolement des aînés, leur fragilité, leur peur de déranger, leurs inquiétudes, leur vulnérabilité, et souvent leur pauvreté, ne serait-ce pas suffisant pour tout mettre en œuvre pour leur faciliter la vie? Les aînés déjà à faibles revenus seront davantage touchés par les coupes en santé et les autres, peut-être un peu mieux nantis, glisseront tout doucement vers une plus grande vulnérabilité si on poursuit dans ce sens.


Pascale Pouliot,

Centre-Femmes La Jardilec

pour le GRAP



Mots-Clefs

jardilec  centre des femmes  
Espace publicitaire