Menu principal

Arts et Culture L'Islet a reçu deux bédéistes inspirants : Michel Grant et Louis Paradis
par Guylaine Hudon le 2017-07-04


De gauche à droite : Louis Paradis, bédéiste; Jean-François Tétreault, trésorier de Arts et Culture L’Islet et Michel Grant, bédéiste. Photo : Guy Laprise.


Dans le cadre de sa programmation saisonnière, Arts et Culture L'Islet invitait le public à la rencontre de deux bédéistes inspirants, les 20 et 21 avril derniers, à la salle des Habitants.

Michel Grant, est originaire de L'Islet. Il a terminé son cours secondaire à Louis-Jacques Cassault de Montmagny et a poursuivi un D.E.C. en graphisme au Cégep de Rivière-du-Loup. Par la suite, il s'installe dans la métropole, où de fil en aiguille, il occupe divers emplois dont celui d'illustrateur pour le compte de quelques agences publicitaires.

 

Mais la BD est déjà incrustée dans ses gènes depuis l'adolescence car c’est un lecteur assidu de Tintin, d’Astérix, de Spirou, d’Achile Talon et de plusieurs autres. Au fil du temps, il imagine, écrit et dessine son propre univers avec son personnage fétiche Ti-Guy (deux albums édités et un troisième à venir). Ti-Guy est un personnage d'aventures et d'explorations à découvrir.

Parallèlement à son écriture et à son dessin, il anime des dizaines d'ateliers de BD dans les écoles et bibliothèques publiques montréalaises et en région.

Sa brève présence à L'Islet a permis de rencontrer un créateur attachant, curieux et doué d'un sens de l'humour peu commun.

Louis Paradis, est originaire de Montmagny et il y réside toujours. À l'adolescence, il se fait remarquer par ses professeurs en arts plastiques et il est déjà identifié comme le gars qui dessine à la polyvalente Louis-Jacques Cassault. Après avoir complété une formation en graphisme au Cégep de Rivière-du-Loup, son destin était tracé : il allait devenir dessinateur de bandes dessinées.

Ses influences créatives sont principalement la BD d'origine américaine même si sa connaissance des grands maîtres européens ne lui est pas inconnue. Ses traits de pinceaux sont d'une précision exemplaire et procurent à ses personnages un réalisme surprenant.

Une harmonieuse amitié : nos deux comparses bédéistes et illustrateurs sont des amis de longue date : ils se sont connus à Louis-Jacques Cassault et ont poursuivi leur formation ensemble à Rivière-du-Loup. Alors que Michel Grant travaillait à Montréal, Louis Paradis l'a rejoint à plusieurs reprises pour effectuer des contrats à la pige. Leur amitié est soudée dans la BD et de l'illustration. Enfin, notons que les deux amis créateurs sont également des collectionneurs de bandes dessinées.

 

Vous aimeriez en savoir plus, effectuez une recherche Internet, ou contactez Jocelyn Ouellet, le coordonnateur à Arts et Culture L'Islet (418-247-3331).

 

Guy Laprise




Espace publicitaire